Prendre le virage de la pharmacie éco-responsable

10/01/2022

La protection de l’environnement constitue de nos jours une préoccupation partagée par tous. Au sein de l’économie, la transition écologique est bien entamée, portée par une réglementation de plus en plus contraignante et les démarches de RSE dans les entreprises. Également concernées, les officines sont de plus en plus sensibilisées à l’impact de leur activité. Certaines sont d’ailleurs déjà impliquées et orientent leurs points de vente vers la naturalité et le zéro déchet. D’autres titulaires demeurent encore frileux ou tâtonnent tant le champ d’actions dans ce domaine est vaste. Pourquoi développer une pharmacie éco-responsable ? Comment poser les premiers jalons d’un tel projet ? Découvrez dans cet article un concept qui séduit de plus en plus d’acteurs.

L’intérêt de la transition écologique pour le pharmacien


L’impact carbone de l’officine

Une pharmacie produit chaque année plusieurs dizaines de tonnes de déchets dont certains sont nocifs pour l’environnement : plastique, fournitures, emballages… Elle génère également des dépenses énergétiques significatives qui participent à l’augmentation de l’empreinte carbone. Quant aux produits qu’elle commercialise, tant les médicaments que les produits hors monopole ne sont pas neutres non plus du point de vue écologique du fait de leur composition et des différents processus qui accompagnent leur conception jusqu’à leur consommation.

In fine, le bilan peut être lourd et les titulaires ont conscience de la responsabilité qui leur revient d’exercer une activité plus respectueuse pour la planète. Selon une enquête menée auprès d’eux fin 2019 par la plateforme digitale Pharmed’insight, trois quarts des personnes interrogées se déclarent prêtes à s’investir plus fortement dans le développement durable et à y associer l’ensemble de leur équipe. La réduction des déchets, le recyclage et les économies d’énergie sont inscrits dans leurs priorités.

Le recyclage des médicaments est assuré depuis plusieurs années par Cyclamed tandis que les déchets infectieux sont collectés par l’éco-organisme Dastri. Les officinaux y participent, mais interviennent de façon mineure assurant le relais avec le patient. Quel enjeu pour eux au vu des nécessités écologiques ? Agir directement à leur niveau en intégrant de plus en plus des critères environnementaux dans la gestion de leur point de vente et le développement de leur activité.

Quels sont les atouts pour le titulaire ?

Agir pour la protection de la planète, c’est œuvrer également pour la santé et le bien-être de chacun, ce qui fait sens particulièrement à l’officine qui joue un rôle clé dans l’accompagnement de la santé du grand public. Celui-ci étant de plus en plus soucieux de ces questions, l’image véhiculée par une pharmacie éco-responsable jouera sans aucun doute positivement. Les bienfaits s’en ressentiront avec une plus grande fréquentation d’une patientèle identifiée à ses valeurs. De plus, le professionnel possède des compétences et une expertise qui renforcent sa crédibilité ; il dispose d’une légitimité naturelle pour apporter le meilleur conseil quant au choix de produits éco-responsables.

Mais les bénéfices vont bien au-delà de l’image noble qu’il incarne. La commercialisation de produits plus écologiques peut contribuer à dynamiser son commerce. Tisanerie, produits zéro déchet, rayon de cosmétiques bio, etc., tels sont les nouveaux relais de croissance qui conquièrent petit à petit leur place à l’officine, surfant sur les nouvelles tendances de consommation.

À plus ou moins long terme, le commerce peut générer aussi des économies grâce à  l’amélioration de ses performances environnementales.

Enfin, cette politique s’intègre facilement au sein d’une démarche d’amélioration de la qualité. À ce sujet, l’organisme Callias accompagne les acteurs de la santé dans l’obtention de certifications pour plusieurs normes ISO et les appuie dans leurs actions de management de l’environnement et de l’énergie.

Sur le chemin de la pharmacie éco-responsable 


De l’officine orientée naturalité…  

Les officinaux investissent de plus en plus le créneau du bio et de la naturalité ; c’est de cette façon en général qu’ils franchissent la première étape de l’éco-responsabilité. Certaines boutiques implantent des espaces dédiés qui commercialisent des gammes naturelles et/ou labellisées bio dans des univers variés : phytothérapie, aromathérapie, compléments alimentaires, soins d’hygiène, etc. D’autres déploient des modèles plus aboutis s’étalant sur des surfaces de vente importantes et étoffent ainsi leur offre : bar à tisane, produits en vrac, espace nature, etc. Ce positionnement de « pharmacie bio et naturelle » répond positivement aux impératifs écologiques : les titulaires optimisent leurs achats en ciblant des laboratoires respectueux de l’environnement, et peuvent être plus ou moins regardants sur d’autres facteurs comme l’origine des marchandises et leurs modalités d’acheminement.

Les adhérents à un groupement ou une enseigne, comme Pharm O’naturel, profitent des moyens qui leur sont proposés dans ce domaine, pour donner plus d’envergure à leur politique, notamment en matière de référencement.  

… À la pharmacie éco-responsable

Il est possible d’aller plus loin en déployant une stratégie à plus grande échelle qui va conduire à des transformations importantes, sachant que la frontière entre la pharmacie éco-responsable et celle naturelle est tenue. Quels leviers retenir pour progresser dans cette direction ? Ils sont nombreux : en fonction de ce qui fait sens pour elle, mais aussi de ses moyens et ses contraintes éventuelles, l’équipe officinale pourra opter pour une ou plusieurs des pistes suivantes :

  • la mise en œuvre d’une politique achats très sélective reposant sur plusieurs axes : la définition de critères spécifiques (origine du fournisseur, type d’emballage, engagement dans une démarche de RSE…), le choix de labels de référence, la sélection d’entreprises françaises et locales, la signature d’une charte de développement durable avec les principaux fournisseurs, etc. ;
  • l’élaboration d’une politique zéro déchet, pour sa propre gestion et aussi pour l’offre de produits qu’elle commercialise avec la création d’un rayon dédié ;
  • l’aménagement du point de vente avec des matériaux réduisant l’impact carbone ;
  • la participation à des filières de collecte, de tri et de recyclage pour les produits sans filière institutionnalisée, avec l’appui de partenaires ;
  • l’installation d’un cadre de travail plus écologique, en misant sur la réduction des dépenses d’énergie.

À l’évidence, se lancer dans une telle entreprise ne pourra s’entreprendre sans l’adhésion de toute l’équipe. Sensibiliser les collaborateurs aux labels et certifications en vigueur et à la notion d’impact environnemental de l’activité représente aussi l’un des défis du titulaire.  

Grâce à cet article, vous bénéficiez à présent d’un aperçu du modèle de la pharmacie éco-responsable. S’y engager nécessite une réflexion préalable afin de définir les priorités et construire un plan d’actions en vue d’un déploiement progressif. Notre enseigne accompagne ses membres dans l’élaboration de leur stratégie. Passez à l’action, venez découvrir notre concept store

pharmacie, ecoresponsable, bio, responsable, engagement, ecologique